Titre français: Cell 211

Equipe:
Genre: Drame
Date de sortie: 11/05/2010
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Juan est un jeune maton. Par zèle, il visite la prison un jour avant son affectation. Sa bonne volonté ne sera pas récompensée: c'est justement ce jour-là que les prisonniers du Quartier de Haute Sécurité ont choisi d'organiser une mutinerie. Une seule chance de survie s'offre à lui: se faire passer pour un prisonner nouvellement incarcéré.

Notre critique:

Quatrième long métrage du réalisateur espagnol Daniel Monzon, CELDA 211 a été présenté en avant-première au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles où il a très justement obtenu le prix du meilleur thriller.
Jouant parfaitement sur les clichés -le film de prison en est bourré- pour mieux les contourner et les utiliser dans son intrigue, CELDA 211 balade le spectateur de rebondissement en rebondissement pour l’amener là où il ne s’y attend pas.
Collant bien avec la réalité pour éviter toute invraisemblance, servi par des acteurs crédibles –Luis Tosar en tête de le rôle de leader des prisonniers- et des personnages consistants, le film louche du côté de la série B sans pour autant céder à la tentation d’une mise en scène facile et plan-plan. Et l’ensemble donne un film séduisant, sans violence inutile qui maintient le suspense jusqu’à la dernière minute… Que demander de plus?

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...