Equipe:
Durée: 140‘
Genre: Thriller
Date de sortie: 21/05/2013
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Suède, dans les années 70. La nuit dans un commissariat, sept jours avant les législatives en Suède. Un homme entre dans le bureau d'un commissaire divisionnaire et fouille les poubelles. Il se rend ensuite à un rendez-vous où il vend les documents volés...

Notre critique:

CALL GIRL est basé sur des faits divers réels survenus en Suède dans les années 70 où un réseau de prostitution impliquant des mineures et des hommes politiques au plus haut niveau de l’état a été mis à jour et démantelé.
Controversé dès sa sortie en Suède parce qu’il impliquait plus ou moins directement le premier ministre de l’époque, Olof Palme, menacé de censure avant sa sortie belge, CALL GIRL arrive sur nos écrans avec une réputation pour le moins sulfureuse. Il faut dire qu’il n’est pas sans rappeler quelques rumeurs qui tournaient autour de l’affaire Dutroux.
Cependant, résumer ce CALL GIRL à cette controverse ne correspond pas à la réalité d’un film qui se veut bien documenté et qui nous ramène avec talent dans les années 70. Il parvient en effet à nous immerger à merveille dans ces années post 68 où liberté des moeurs pouvait rimer avec n’importe quel excès dans la débauche et dans le crime.
Passionnant de bout en bout, parce que construit comme un suspens policier et politique, CALL GIRL vaut donc bien plus que la réputation qui le précède et a le mérite évident de montrer que n’importe quelle société ou gouvernement véhicule son lot de criminalité et de corruption…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...