Titre français: Dernier train pour Busan
Réalisation: Sang-ho Yeon
Interprètes: Yoo Gong, Yu-mi Jung, Dong-seok Ma, Su-an Kim
Scénario: Sang-ho Yeon, Joo-Suk Park

Durée: 118‘
Genre: Film d’'horreur
Date de sortie: 02/11/2016
Cotation: ** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Corée du Sud. Une fuite sur un site de biotechnologie oblige les autorités à une mise en quarantaine d’un village et puis de toute la région.

Jusqu’à présent le coréen Sang-ho Yeon avait réalisé des longs métrages d’animation dont le fameux SEOUL STATION avait été projeté au Festival du Film Fantastique et de Science-Fiction de Bruxelles (BIFFF) en 2016. Sur le même sujet (une invasion pandémique de Zombie) que ce dernier film d’animation, le réalisateur coréen propose cette fois BUSANHAENG, un film d’horreur en personnages et décors réels.

Sans attendre, le récit nous plonge dans le vif du sujet alors que la pandémie a déjà commencé et  qu’un certain nombre de survivants tentent de se mettre à l’abri à Busan, la deuxième ville du pays après Séoul, en prenant un train qui se dirige vers cette ville. Lieu clos par excellence, c’est donc dans le train que se passe la majorité d’une action sans temps morts où le gore se le dispute à la frayeur.

Rappelant par certains côtés (le foisonnement des zombies, leur vitesse, etc), le WORLD WAR Z de Marc Forster avec Brad Pitt, BUSANHAENG propose une mise en scène plutôt speedée, bien sûr caricatural (le méchant homme d’affaires, le père un peu lâche qui se rachètera) mais qui tient en haleine le spectateur jusqu’au dénouement final qui suit une certaine morale manichéenne (les méchants seront punis).

Dans le genre horreur et zombies, BUSANHAENG ne se débrouille donc pas si mal que ça et satisfera sans aucun doute les amateurs du genre.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...