Equipe: Lee Yeong-ae, Park Hae-Joon, Seung-woo Kim, Won-geun Lee
Durée: 108‘
Genre: Drame policier et psychologique
Date de sortie:
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Jung-Yeon, infirmière dans une unité d'urgence, réceptionne un blessé dont le coeur s'est arrêté. Alors que le médecin tente de le réanimer, le regard de Jung-Yeon est attiré par un jeune garçon qui la regarde un peu plus loin. Il faut dire qu'elle a perdu son fils voici quelques années...

 

Notre critique:

Il était une fois un mignon petit village de pêcheurs en Corée avec un flic corrompu, des voleurs, des violeurs, des agresseurs d’enfants. Bon, dit comme ça, on sent que ce BRING ME HOME, premier film du réalisateur coréen Seung-woo Kim, ne fait pas dans la comédie mais beaucoup plus dans le mélodrame dénonciateur d’une certaine société coréenne qui a visiblement quelques problèmes avec les personnes disparues.

Et si l’on vient rajouter sur ce portrait de la Corée du Sud, un fils perdu, des parents au bord du désespoir et le père qui meurt dans un accident de voiture parce qu’il est troublé par un message sur son téléphone lui annonçant que son fils a été retrouvé, alors là ce n’est plus un mélodrame c’est LE mélodrame.

Mais il ne faut pas se fier à cette seule vision mélodramatique car l’on sent que le fond du film est une volonté de montrer une société sous un jour probablement un peu différent de celle que l’on connaît d’une Corée plutôt technologique et à la pointe en de nombreux domaines.

Et si il y a bien sûr une grosse critique de ce petit village de pêcheurs où règne de la malveillance à l’état pur doublée de bêtise pour certains des habitants, il y a aussi un talent certain de la part du réalisateur d’amener son récit depuis le mélodrame en une lente gradation vers l’horreur pure et simple des humains jusqu’au dérapage absolu du final… avant d’heureusement terminer sur une note d’espoir!

Plus un mélodrame doublé d’un thriller qu’un simple drame, BRING ME HOME est aussi un film qui donne la part belle à l’amour filial porté avec beaucoup de talent et de sensibilité de bout en bout du film par Lee Yeong-ae, l’actrice de SYMPATHY FOR LADY VENGEANCE sorti en 2005.

A voir certainement donc tant pour l’originalité que pour le témoignage d’une certaine vision de la Corée!

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...