Titre français: Point De Rupture

Equipe:
Durée: 95‘
Genre:
Date de sortie: 25/11/1997
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Jeff (Kurt Russel) et Amy (Kathleem Quilan) sont en route pour la Californie où une nouvelle vie les attend. La traversée des régions désertiques du Sud-Ouest des Etats-Unis se voit interrompue par une panne de voiture. Dans l'impossibilité de réparer, Jeff confie Amy à Red (J.T.Walsh), conducteur de poids lourd se proposant de déposer celle-çi au prochain relais routier. En attendant le retour de sa belle, Jeff chipote à son véhicule et localise la panne. Il décide de rejoindre Amy au relais. Elle n'y est pas. Personne ne se souvient l'y avoir vue, ni elle, ni d'ailleurs le camionneur... Sentant l'angoisse monter en lui, il part à la recherche du camion...

Notre critique:

Chaque années, des dizaines de personnes disparaissent dans les déserts des Etats-Unis. Qui n’a jamais imaginé une panne de voiture au milieu du désert et l’impuissance du conducteur ignare en mécanique?

Jonathan Mostow a basé son film sur une histoire aussi simple qu’efficace. L’identification aux protagonistes est aisée. La proximité existante entre la réalité et la fiction emporte vite fait les faveurs d’un public demandeur de petites frayeurs sympathiques. Le début du film se veut relativement angoissant, voire oppressant. Cet homme à la recherche de sa femme n’a aucun point de repère et semble évoluer au sein d’une faune hostile au voyageur égaré. La deuxième moitié du film retombe dans le carcan habituel du héros seul contre tous avec son paquet d’action et de prouesses. Le réglement de compte final, tel une cerise bien rouge sur un gâteau, cautionne une petite surprise appréciable pour les fans de série B.

Les prestataires de service sont en accord avec leur rôle. Kurt Russel est un bien gentilhomme aimé de sa femme qui se coupera en quatre pour la retrouver. Face à lui, la galerie de méchants est menée par l’imperturbable J.T.Waslh, toujours aussi irréprochable dans le rôle de la crapule de service. BREAKDOWN n’est certes pas le film idéal avant des vacances itinérantes en voiture de location aux USA ou ailleurs, mais il a le mérite de nous distraire et il ne revendique rien de plus.

A propos de l'auteur

Journaliste