Equipe:
Durée: 110‘
Genre:
Date de sortie: 28/11/2000
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Maya, une jeune mexicaine, entre clandestinement aux Etats-Unis pour y retrouver sa soeur. Après une arrivée difficile, elle finit par trouver du travail dans une entreprise de nettoyage qui emploie entre autres des immigrés clandestins. Là, elle va rencontrer un jeune et sympathique syndicaliste...

Notre critique:

Ken Loach a un amour, la lutte sociale, et deux façons de le mettre en place: soit en Angleterre (MY NAME IS JOE, RAINING STONES), soit dans un pays étranger où des inégalités règnent (CARLA’S SONG, LAND AND FREEDOM). Avec BREAD AND ROSES, il monte au créneau dans le pays de toutes les libertés: les USA. Plus fort encore, il choisit Los Angeles et nous lance dans une histoire où il nous démonte les forces et les multiples faiblesses des mouvements syndicaux. Il met aussi en évidence dans le même temps l’importance de la langue espagnole qui, dans certaines régions américaines, est plus employée que l’anglais.

Comme à son habitude, il nous entraîne sans difficultés dans une démonstration idéologique dans laquelle les personnages servent à concentrer le propos et à provoquer l’empathie du spectateur. Enfin, Loach a laissé ici son pessimisme au vestiaire, conférant à son histoire un côté plus traditionnel que d’habitude. Serait-ce l’influence de la mecque hollywoodienne toute proche?

En tout cas, et comme toujours avec Monsieur Ken Loach, un film à voir pour son authenticité.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...