Equipe:
Durée: 114‘
Genre:
Date de sortie: 21/03/2000
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Teena Brandon est une fille. Mais voilà, dans ce coin perdu du Nebraska où il est plus facile d'être un mec, Teena rêve de devenir un garçon. En attendant la transformation ultime, elle se coupe les cheveux, s'habille en homme et drague les filles avec succès. Une nouvelle vie commence.

Notre critique:

« Basé sur des faits réels ». Souvent ce type de phrase ouvre la porte aux excès en tout genre: plus l’histoire paraît invraisemblable et plus on insiste sur le réalisme, plus le spectateur risque d’être conquis. Dans le cas de BOYS DON’T CRY, il n’y a aucun excès. Le réalisme des faits a inspiré la réalisatrice et co-scénariste Kimberly Peirce dans sa recherche d’une vérité plus profonde sur le droit à la différence et sur le carcan d’une moralité lourde de conséquences. La personnalité de Teena Brandon ne pouvait éclore dans le monde fermé où elle vivait, sa tragédie a découlé de la pression moralisatrice de son entourage.

Kimberly Peirce réussit un tour de force remarquable: elle parvient à mener de front tant la crédibilité de Teena en garçon que la montée tragique de son film. Elle dissèque réellement le personnage et la société qui l’entoure, elle cisèle les événements pour ne jamais laisser échapper son sujet. Fiction aux allures de documentaire ou documentaire aux allures de fiction, BOYS DON »T CRY est un film fort, poignant, dont le moindre des mérites n’est pas de mettre en avant la jeune actrice Hilary Swank (nominée aux Oscars, elle a interprété le rôle de Kimberly dans la série BUFFY THE VAMPIRE SLAYER). L’intensité de son jeu porte le personnage de Teena d’un bout à l’autre du film et désarçonne le spectateur qui finit, comme Lana, par ne plus savoir si c’est un garçon ou une fille. A ses côtés, dans le rôle de Lana, Chloë Sevigny, que l’on avait déjà appréciée dans le difficile KIDS et que l’on verra dans AMERICAN PSYCHO, fait elle aussi merveille et donne chair à l’amour-passion qui unit Lana et Teena.

Sorte de M. Butterfly moderne, BOYS DON’T CRY mérite d’être vu toutes affaires cessantes !

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...