Equipe: Simon Gillard
Durée: 60‘
Genre: Film documentaire
Date de sortie: 13/06/2018
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

“Notre monde est né d’une goutte de lait” - Croyance Peuhle.

Notre critique:

Dans le village de BoliBana, alors qu’une vache est sacrifiée, un bébé humain naît. C’est la parfaite illustration de la dualité entre la vie et la mort. Plus tard, Ama, petit gamin, s’occupera seul du troupeau de chèvres…

Documentaire de Simon Gillard qui, après quelques docs courts, se lance dans un format de moyen métrage (60 minutes), BOLI BANA est une véritable ode au passage à l’état adulte dans les traditions du peuple peuhl au Burkina Faso.

Doc aussi sur la nature, BOLI BANA s’attache uniquement aux pas des jeunes enfants et de leurs initiations pour nous faire entrer dans une dimension inconnue pour la plupart d’entre nous. Les rituels sont souvent saisissants (la scarification de la lèvre inférieure des jeunes filles est édifiante pour ne pas dire effrayante) et la notion de passage à l’état adulte y est magnifiquement décrit.

L’originalité de BOLI BANA réside aussi dans cette sorte de mise en fiction de l’évolution parallèle de Ama, le garçon, et de la fille, Aissita, dont les destins se croiseront au final. Cela confère au documentaire un intérêt supplémentaire sans pour autant en faire perdre l’attrait du réalisme et du côté “vérité”.

BOLI BANA mérite le déplacement en salle pour qu’une fois de plus, nous, européens, puissions ouvrir les yeux sur la culture, les rites et les traditions d’un peuple étonnant.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...