Equipe: Derek Cianfrance, Joey Curtis, John Doman, Michelle Williams, Ryan Gosling
Durée: 114‘
Genre: Drame
Date de sortie: 28/06/2011
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Cindy a une charmante petite fille et un mari plutôt sympa mais avec un fâcheux penchant genre gamin irresponsable. Lui est peintre, elle infirmière... 

Notre critique:

Un couple qui se dispute, qui ne semble plus en phase… Voilà la base, très mince, de ce BLUE VALENTINE qui va jouer sur une mise en scène proposant en parallèle le constat d’un mariage qui s’effrite et le point de départ d’une histoire amoureuse qui aurait pu très bien se passer.

Peu à peu, le spectateur va entrer dans l’intimité et dans le passé d’un couple qui a été très amoureux. Et si le défaut de Cindy a toujours été d’attirer plus ou moins involontairement les hommes, celui de Dean est d’être un éternel insouciant qui a su se faire aimer de la fille de Cindy (même si ce n’est pas la sienne).

Admirablement bien interprété par un Ryan Gosling (THE NOTEBOOK) très touchant en adulescent amoureux et par une Michelle Williams (BROKEBACK MOUNTAIN, SHUTTER ISLAND) parfaitement en phase avec son rôle de mère d’une jeune enfant et d’un grand enfant, BLUE VALENTINE convainc beaucoup moins au niveau scénario et direction d’acteurs. Le dynamisme du montage en parallèle est un peu artificiel et fort classique tandis que les acteurs font réellement de leur mieux pour affiner le manque de profondeur des personnages et la liberté qu’on leur a laissée durant le tournage.

L’ensemble est intéressant heureusement même si on a un peu de mal à s’attacher à une histoire trop facile qui laisse parfois ses personnages de côté…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...