Equipe: Don McKellar, Fernando Meirelles, Gael García Bernal, Julianne Moore, Mark Ruffalo
Durée: 97‘
Genre: Drame
Date de sortie: 07/10/2008
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Une grande ville des Etats-Unis. A un feu rouge, un homme devient soudain aveugle. Un autre homme lui vient en aide et le ramène chez lui mais en profite pour lui voler son véhicule. Et quelques temps plus tard, le voleur devient aveugle à son tour. Ce n'est que le début d'une longue épidémie...

Notre critique:

Et si le monde était aveugle? Si au lieu de voir l’évidence, nous passions à côté de l’essentiel, le monde sombrerait inévitablement dans le chaos le plus total… C’est la métaphore plus ou moins évidente que véhicule le scénario de BLINDNESS, adaptation d’un roman de José Saramago par un réalisateur sud-américain, Fernando Meirelles.

Sous forme d’un film d’anticipation, le film aborde donc ce monde aveugle qui passe de l’isolement des contagieux à un monde complètement chaotique dans lequel tout s’arrête et où les gens retournent à l’état sauvage. Sur ce plan, rien de bien neuf par rapport aux films qui usent et abusent d’une épidémie en général pour plonger le monde dans l’obscurantisme (I AM A LEGEND, 28 DAYS LATER). Rien de bien neuf non plus dans le choix du personnage qui s’en sort parce qu’il n’est pas contaminé, hormis, bien sûr, le fait qu’il s’agit de quelqu’un qui a un avantage majeur dans ce cas puisque l’absence de contamination lui permet de voir!

Ce qui par contre démarque BLINDNESS des autres films de ce genre, c’est clairement le soin apporté à la mise en scène (jeu sur les blancs, les reflets, les yeux, etc) et le choix d’orienter le sujet vers l’intimisme et le lieux clos (une majorité des scènes se passent dans le lieu de la quarantaine) et donc de s’attacher à l’humain et à ses rapports dès l’instant où tout le monde devient aveugle.

Par contre, l’orientation humaine et sociale du sujet prive le film de toute une analyse rationnelle d’un monde dans lequel un des sens a disparu, en l’occurrence le plus important dans nos sociétés… Et même si parfois, quelques bribes d’informations (comme les gens qui vivent dans les supermarchés pour pouvoir se nourrir) viennent alimenter notre réflexion sans toutefois en explorer les détails.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...