Titre français: La Fille De Keltoum

Equipe: Baya Belal, Cylia Malki, Jean-Roger Milo, Mehdi Charef
Durée: 90‘
Genre: Drame
Date de sortie: 11/02/2003
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Rallia, jeune, énergique et gracieuse a quitté son pays d'adoption, la Suisse, pour les paysages montagneux du sud algérien, son pays d'origine. Rallia cherche la mère qu'elle n'a jamais connue dans cette contrée désertique qui l'accueille pour la première fois.

Notre critique:

On ne peut pas dire que Charef fasse dans le consensuel facile avec cette FILLE DE KELTOUM.

A un rythme comme écrasé par le soleil qui écrase la montagne désertique où Rallia attend sa mère, s’ajoute une intrigue nouée autour des non dits et une révolte pas toujours très motivée, donc parfois énervante, de la part de l’héroïne. LA FILLE DE KELTOUM est un film avec lequel le spectateur doit se débrouiller tout seul. Comme l’expérience vécue par Rallia, le film est souvent âpre. Autant les images sont séduisantes, autant le contact est difficile.

Pourtant au fil du temps, une complicité s’installe, pareille à celle qui naît entre Rallia et sa tante à moitié folle. L’histoire recèle un secret qui peu à peu se dessine et de plus en plus nous fascine. Jusqu’au coup de théâtre final qui nous broie le coeur.

LA FILLE DE KELTOUM est une histoire simple et tragique située dans un lieu oublié des hommes et de Dieu (s’il existe). Un de ces lieux sur Terre où une naissance est une malédiction aussi bien pour la femme qui accouche que pour l’enfant.

A propos de l'auteur

Journaliste