Equipe:
Durée: 110‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 14/12/1999
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un beau jour, Craig Shwartz (John Cusack), un marionnettiste sans boulot, se résigne à accepter un travail dans une entreprise étrange qui se trouve située au 7e étage et demi d'un building. Après quelques jours dans cette société bizarre, il découvre un passage secret dans un mur, passage secret qui va le mener dans la peau de John Malkovich lui-même!

Notre critique:

Voici le film atypique de cette fin des années 90! Et ceci dit sans aucune nuance péjorative, bien au contraire! Il s’agit d’une sorte de météorite de l’étrange et de l’absurde, le tout en forme de fable…

Voilà clairement ce que l’on attend de petites productions imaginatives des US! Un parti pris original, une mise en scène simple mais efficace et des acteurs ne craignant pas de jouer autre chose que des blockbusters ! Cela a valu à BEING JOHN MALKOVICH deux récompenses au Festival de Deauville de cette année 99: Le Grand Prix Indépendant du Cinéma Américain et le Prix de la Critique Internationale. Rien de surprenant!

Côté interprétation, on retrouve avec plaisir un John Cusack ingénu et à côté de ses pompes, un Malkovich qui prend visiblement un plaisir intense à jouer Malkovich, une Cameron Diaz en décalage avec son image habituelle et une Catherine Keener éblouissante! Quel plaisir!

Alors si vous aimez être surpris, dérouté, entraîné dans un imaginaire neuf, précipitez-vous sur ce BEING JOHN MALKOVICH et devenez quelqu’un d’autre!

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...