Equipe:
Durée: 84‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 19/11/2013
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Liège. Bici joue dans un groupe de rock, Bici and the Bitches. Enrobée mais sans complexes, elle est amoureuse depuis toujours de son guitariste, ami d’enfance, Vince…

Notre critique:

Les filles ballons, selon le père de Bici, sont des filles rondes, enrobées, d’où le titre, BABY BALLOON, de ce second long métrage de l’humoriste, cinéaste et écrivain belge Stefan Liberski.
Baigné par un univers musical quasi permanent qui renforce les émotions entre personnages, le film, présenté au Festival du Film Francophone de Namur, fait bien entendu la part belle à des personnages hors du commun, exemplaires particuliers d’une humanité qu’observe tendrement Liberski.
BABY BALLOON, c’est aussi un film sur l’amitié entre fille et garçon, celle que l’on qualifie d’impossible, c’est l’histoire d’une connivence et d’un amour à sens unique dans un monde souvent insensible.
BABY BALLOON, même si il est plus une tranche de vie qu’une histoire finie, n’en reste pas moins un film sensible et tendre qui se laisse regarder avec plaisir grâce notamment à l’admirable interprétation de la jeune Ambre Gouwels dans son premier rôle au cinéma.

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...