Equipe:
Durée: 95‘
Genre:
Date de sortie: 02/11/1999
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le docteur d'Enfer est bien déterminé à éliminer l'espion Austin Powers. Son plan machiavélique l'amène à construire une machine à explorer le temps. Il veut remonter dans le passé pour faire disparaitre le pouvoir numéro un de Powers, son "mojo", sa célèbre libido. Austin ne peut se résoudre de perdre son pouvoir d'attraction et fait lui aussi le voyage dans le temps.

Notre critique:

Les raisons d’aimer ou de détester Austin powers sont les mêmes.
C’est inepte, c’est délirant, c’est n’importe quoi, ça n’est pas sérieux, c’est kitch à mourir, c’est limite vulgaire, ça n’a ni queue ni tête, ou plutôt, ça a beaucoup trop de queues et pas assez de tête.

Pour départager les pro des anti, force est de reconnaître que l’humour est résolument poliformes. Tantôt visuel, tantôt verbal, tantôt tarte-à-la-crème, tantôt absurde. Certes, ce n’est pas très intellectuel mais beaucoup plus foisonnant que le moindre Leslie Nielsen. Et rien que pour le gag de Mustafa qui se brise les jambes, Austin Powers: TSWSM mérite d’être vu. Surtout ne quittez pas la salle car il y a un après générique!!!! Et en plus, le rythme ne baisse pas un instant. Alors évidemment, pour celui que l’Austin’s World dérange, c’est l’overdose assurée. Mais pour les autres, on en redemande et on sort de là des fous rires plein les zygomatiques et des vibrations plein les reins et les hanches. C’est bonne humeur, quoi!

La meilleure comédie de l’année? Les rates dilatées votent « oui ».

A propos de l'auteur

Journaliste