Equipe:
Durée: 181‘
Genre:
Date de sortie: 19/07/2011
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Roumanie. Après avoir fait l'amour, un homme et une femme discute à voix basse dans la cuisine pour ne pas réveiller la petite fille qui dort à côté. Puis l'homme s'en va aux aurores avec la voiture de la femme...

Notre critique:

Le réalisateur roumain Cristi Puiu est connu chez nous pour son monument d’humour noir et grotesque LA MORT DE MONSIEUR LAZARESCU. Il avait fait preuve à l’époque d’un remarquable sens de l’observation doublé d’un humour à froid et d’un regard critique redoutable. Ici dans son AURORA, si l’humour n’est plus de mise, le sens de l’observation est affiné à l’extrême de cette pellicule de plus de 3 heures où il faudra attendre près d’1h30 pour un passage à l’acte et plus de 2h30 pour connaître le nom du personnage principal.
Mais que l’on ne s’y trompe pas Piu réussit le tour de force de maintenir une tension en s’attachant comme un entomologiste à l’observation de cet homme dans toutes ses tâches quotidiennes et surtout dans toute son étrangeté… Et c’est justement en jouant sur la longueur, sur un minimum de dialogues, que Piu nous fait pénétrer dans l’univers de ce Viorel, un homme ordinaire, un introverti inquiet et sur le qui-vive en permanence.
Et la force d’AURORA, c’est de tenter de comprendre ce qui peut faire d’un homme un tueur ordinaire, comment une désespérance, un vide intérieur, un ensemble de petits traits de caractère, peut amener à un acte irrémédiable. A la fois devant, derrière la caméra et auteur du scénario, l’homme-orchestre Puiu surprend une nouvelle fois nous déversant son regard aigu dans une claque de trois heures…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...