Equipe:
Durée: 102‘
Genre:
Date de sortie: 19/09/2000
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Patrick Bateman est le parfait yuppie. Une vraie caricature des cols blancs de Wall Street dans les années 80. Mais sous des dehors de self control absolu, Patrick Bateman est un monstre, un des plus abominables tueurs en série que New York a jamais connu...

Notre critique:

Des réalisateurs avaient été pressentis, des acteurs (Di Caprio, …) se sont rétractés… Il aura fallu attendre une femme, Mary Haron (avec un seul film à son actif: I SHOT ANDY WARHOL) et un acteur anglais ne craignant pas d’interpréter un personnage controversé, Christian Bale (que l’on verra bientôt dans SHAFT), pour que l’adaptation du livre à scandale de Bret Easton Ellis voit le jour.

A la lecture du roman, on pouvait craindre le pire. Le style de Bret Easton Ellis est tellement foisonnant, brutal et en prise complète avec le sujet du récit que la transposition semblait difficile voire impossible. Et c’est la surprise! Si, bien évidemment, le film n’est pas le roman, Mary Haron, en collant le plus possible au récit, réussit le tour de force de faire un film respectant le propos du livre. Si les moments sanglants et horrifiques du roman ne sont pas les meilleures réussites de la réalisatrice (qui aurait pu s’en passer totalement d’ailleurs), certaines scènes sont remarquablement maîtrisées. Les soins du matin de Patrick Bateman devant sa glace ou les considérations sur les cartes de visite sont de superbes moments angoissants où l’on pénètre l’univers intérieur du yuppie dément, où l’on ressent toute la vacuité d’une vie qui n’en est pas une et la recherche d’une justification à son existence.

Si l’interprétation est globalement bonne, Christian Bale sort du lot et donne à Bateman sa dimension intérieure, se parant d’un masque de cire extérieur qui ne fait que rajouter à la monstruosité du personnage. Chloe Sevigny, en secrétaire zélée et amoureuse, est surprenante et à cent lieues de ses rôles précédents (BOYS DON’T CRY, KIDS)…

Film dérangeant, troublant et qui risque de surprendre ceux qui ne connaissent pas le roman d’Ellis, AMERICAN PSYCHO ne tient pas toutes ses promesses, notamment à cause de la froideur de la mise en scène, mais se montre malgré tout à la hauteur d’une adaptation difficile. Mary Haron est certainement une réalisatrice à suivre…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...