Equipe:
Durée: 90‘
Genre:
Date de sortie: 22/06/2004
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un citadin mis au vert et un fermier bas de plafond se prennent le chou et finissent en chaise roulante suite à une rixe impliquant une machine agricole de la marque Aaltra.Totalement déboussolés, ils se retrouvent en route vers la Finlande, pays où se trouve l'usine Aaltra. Mais de la France à la Finlande, il y a du chemin et bien des rencontres...

Notre critique:

Benoît Delépine et Gustave Kervern sont bien connus des amateurs de Canal + et de l’univers grolandais de Jules-Edouard Moustic. Delépine y campait notamment le personnage de Michael Kael, reporter que l’on peut qualifier d’imprévisible.

Les deux compères signent leur premier long métrage avec ce road-movie atypique filmé en noir et blanc graineux. Ils s’y amusent à pratiquer un style de réalisation très personnel, fait de caméos (Bucquoy, Godin, Poelvoorde, Albert 2, mais non, j’déconne!, Aki Kaurismaki), d’impros et de gags à retardement.

AALTRA est donc un film particulièrement original mais d’une originalité parfois tellement radicale qu’elle en finit par être quelque peu hermétique. On est donc très loin de la comédie potache et débridée à laquelle on aurait pu s’attendre en connaissant le parcours de nos deux zozos. Il s’agit plus d’une comédie concept dans laquelle le spectateur n’a d’autre choix que d’oublier ses repères comiques habituels pour s’en remettre aux délires souvent absurdes des réalisateurs ? acteurs.

La démarche est audacieuse et méritoire mais souffre non seulement de son radicalisme mais aussi parfois du jeu approximatif du tandem Delépine ? Kervern. C’est cocasse parce que AALTRA pourrait être qualifié de première comédie « nouvelle vague » au sens Truffaut, Chabrol, Godard et Cie tant les qualités et défauts qui l’émaillent rappellent ceux qui pouvaient séduire ou énerver dans LES 400 COUPS ou A BOUT DE SOUFFLE.

Mais au-delà de ces réserves, AALTRA, nouvel objet cinématographique non identifié, suscite une sympathie réelle et recèle au moins deux gags imparables, celui du bar avec les ambulanciers et celui de la plage.

Et puis deux gugusses qui font un film dans le but de rencontrer une de leurs chouchoux (Kaurismaki) méritent quoiqu’il arrive un respect certain.

A propos de l'auteur

Journaliste