Titre français: Un Homme A Part

Equipe:
Durée: 100‘
Genre: Film policier
Date de sortie: 27/05/2003
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Sean et Demetrius sont des membres de la DEA (la police des narcotiques aux US) qui chassent les narco-trafiquants entre la Californie et le Mexique. Efficaces, super entraînés, venant de la rue et y évoluant tous les jours, ils parviennent à capturer un parrain local Memo Lucero. Se faisant, il laisse hélas champ libre à un nouveau venu dans le trafic, Diablo, un inconnu vicieux et méchant. Ce dernier décide de se débarrasser des flics gêneurs en commençant par Sean Vetter et sa femme...

 

Notre critique:

L’histoire est on ne peut plus classique : le bon flic capture le méchant trafiquant de drogue qui décide de se venger en tuant la femme du bon flic. Et là, attention dans les chaumières, car cela va barder puisque quelques gros bras en liberté décident alors de se faire justice… Mais finalement quoi de plus normal dans un monde à l’image d’une Amérique voulant gérer l’univers et imposer SA notion de la justice. Ce film pourrait donc sentir très mauvais en se branchant sur une notion d’auto-défense ou de justice à faire soi-même. Heureusement, la fin du film rétablit l’idée de justice et évite au film de véhiculer des idées quelques peu nauséabondes.

Comme on peut s’en douter à l’avance, ce genre de film implique une surenchère globale, tant dans la violence que dans le machisme ou les scènes chocs et ce jusqu’à la caricature. Et bien sûr, la surenchère dans les invraisemblances est également de mise (comme la façon dont Sean Vetter rencontre le chef mafieux en prison)!

Pas de doutes, Vin Diesel est définitivement le remplaçant des Willis, Stallone et autres Schwarzy. Plus jeune, avec un capital sympathie issu de quelques films précédents (XXX, THE FAST AND THE FURIOUS), Diesel roule des mécaniques avec beaucoup de conviction et joue au gros bras avec un coeur gros comme çà visiblement avec aisance. Il devrait cependant penser à se renouveler avant de lasser.

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...