Titre français: 99 francs

Equipe:
Durée: 100‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 25/09/2007
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Paris, décembre 2001. L'homme est un produit comme les autres. Il y a une date limite de vente. C'est ce que se dit Octave, publicitaire de son état, alors qu'il se jette du haut d'un building... En un instant, il revoit toute sa vie de publicitaire cynique et désabusé...

Notre critique:

"Jamais crétin aussi irresponsable que moi n’a été aussi puissant en 2000 ans"… Cette phrase prononcée par Oscar au début du film résume merveilleusement l’état d’esprit de l’ensemble de 99 FRANCS. Tiré d’un roman à succès de Frédéric Beigbeder, cette fable acide sur le consumérisme et la publicité moderne est un véritable coup de poing à la figure de notre société qui croit -bien à tort- que tout s’achète, tout se vend et que l’homme est un produit de plus parmi tant d’autres.

Avec ses images d’emblée très travaillées, ses plans riches, Jan Kounen (DOBERMAN, BLUEBERRY) nous plonge avec aisance et délectation dans cette satire d’un monde publicitaire qui se doit d’aller toujours plus loin pour parvenir à accrocher le chaland. Il mélange avec virtuosité fiction et réalité dans un balai inouï qui nous fait pénétrer de force dans la tête d’Oscar et finit par nous rendre sympathique ce personnage merveilleusement détestable. Oscar, c’est à la fois le système mais aussi le plus grand danger de ce même système capitaliste outrancier.

Et Oscar c’est aussi la réussite de Jean Dujardin dont le capital sympathie lui permet de jouer un des plus grands salauds de notre époque avec le sourire et de rentrer dans la peau de cet arrogant méchant et cynique pour en faire peu à peu quelqu’un d’attachant. Oscar, c’est presque le Patrick Bateman de la comédie…

99 FRANCS est probablement le meilleur film de Jan Kounen qui réussit un véritable tour de force d’auteur. On le savait brillant metteur en scène mais il a réussi ici à se glisser dans l’oeuvre de Beigbeder pour mieux s’approprier les scènes et en transcrire les substantifiques images. A voir donc toutes affaires cessantes….pour le troisième degré et pour la réflexion sur notre société en déclin.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...