30 ans… un bel âge pour se remémorer l’histoire d’un Festival qui a toujours été un lieu d’écriture, de vision et de réalisation. Mais un festival qui serait dans la rétrospective manquerait sa mission première, c’est pourquoi ce 30e Festival International du Film Francophone du Namur est orienté vers le futur, un futur festif, musical et riche en premières oeuvres.

Et ce n’est pas un vain mot puisque les organisateurs ont choisi deux premières oeuvres pour l’ouverture et la clôture du Festival: PREJUDICE, un étonnant premier film d’Antoine Cuypers et JE SUIS A VOUS TOUT DE SUITE de Baya Kasmi.

Mais le futur ne s’arrête pas à la diffusion de premières oeuvres, il faut aussi favoriser et aider le vivier des réalisateurs, scénaristes, acteurs et autres clés de voute du cinéma de demain. C’est pourquoi pendant trois jours de travail, du 7 au 9 octobre, de rencontres et d’immersion 15 écoles de cinéma, 15 étudiants et 15 formateurs seront réunis dans l’atelier “La manufacture de Namur”.

Edition musicale, ce 30e Festival consacrera son atelier 3e personnage à des séances de travail entre 11 compositeurs  et 6 projets de courts-métrages en collaboration avec le Festival d’Aubagne. Des rencontres musicales auront également lieu: une table ronde autour de quatre axes (juridique, technique, humain et économique), une leçon de composition musicale autour de la musique de film et une étude autour de la musique et du cinéma documentaire.

Même si la nostalgie n’est pas de mise, 30 ans est malgré tout l’occasion de proposer la journée du 30e, le 3 octobre, avec un apéro, une chorégraphie live, du karaoké et une soirée Cap 1986…

Comme chaque année, le Festival proposera un coup de coeur sur Vanessa Paradis (qui sera là pour l’occasion) au travers de quatre films: LA FILLE SUR LE PONT, L’ARNACOEUR, CAFE DE FLORE et LE DIABLE PAR LA QUEUE.

Mais au-delà des hommages, des ateliers, des festivités, ce sont 77 longs métrages dont 30 co-productions belges, plus de 80 courts qui vont rythmer Namur du 2 au 9 octobre. Plusieurs compétitions vont également ponctuer toute la durée du Festival: l’officielle des longs métrages (15 films provenant de tous les coins de la francophonie: Roumanie, Maghreb, Liban, France, Suisse, Belgique), celle des courts-métrages, Cinévox, le prix de la critique, celui du public ou encore le Bayard d’Or de la première oeuvre (avec pas moins de 16 films en compétitions).

Les documentaires seront aussi mis à l’honneur à l’Eldorado 5 avec un rendez-vous journalier, tandis qu’un hommage au cinéma belge flamand depuis 2006 sera rendu également et les deux nouveaux films montants de ce cinéma, BLACK et TERUG NAAR MORGEN, seront présentés.

A côté de toutes ces manifestations, présentations et ateliers, dans le cadre de FIFF Campus, 40 séances pour les jeunes seront organisées, un plateau de tournage avec l’IAD, un plateau TV quotidien et quatre séances de cinéma pour tous seront aussi présentés.

Enfin, ce 30e festival verra sa 5e édition d’échanges de talents et présentera une exposition photo tout à fait passionnante sur les femmes de cinéma à la galerie du Beffroi.

Beaucoup de choses à faire donc pendant 7 jours dédiés au cinéma dans la belle ville de Namur…

Plus d’info sur www.fiff.be

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou … extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains…