Yuli

Yuli

Retour sur l’enfance de Carlos -Yuli- Acosta. Un flash-back qui en entraînera d’autre sur ce petit prodige qui dans les rues de Cuba s’amuse à faire du hip-hop avec ses copains. Son père, très strict, en a assez qu’il gâche son talent et décide de l’emmener à l’école de ballet nationale pour passer une audition.

Voilà comment commence l’histoire de ce petit garçon métissé, naturellement doué pour la danse, mais qui n’avait pas envie de danser! Ses grands-parents et ses aïeux étaient tous des esclaves et lui rêve de liberté sans comprendre que c’est la danse qui va lui donner celle-ci.

Personnage étonnant, danseur de ballet mondialement reconnu, Carlos Acosta a inspiré à la réalisatrice Icíar Bollaín, au travers de son autobiographie, ce YULI qui joue entre fiction et documentaire laissant carrément au danseur étoile l’interprétation de son propre rôle au temps présent.

Très maîtrisé au niveau mise en scène par la réalisatrice du magnifique L’OLIVIER (2016), YULI bénéficie de somptueux cadrages et d’une photographie soigné qui mettent en valeur les corps des danseurs et qui subliment les scènes de danse tandis qu’ils donnent une vraie profondeur au flashback.

YULI est un spectacle complet qui brasse danse et art sans oublier pour autant le côté social ou émotionnel qui accompagne un artiste de cette envergure. A voir en cette période estivale avant que la vague des blockbusters ou des sorties de la fin d’été ne le poussent hors de nos écrans…

Articles associés

Clara Sola

I am Chance

Top Gun: Maverick