Un pays qui se tient sage

Un pays qui se tient sage

UN PAYS QUI SE TIENT SAGE… Un titre (inspiré d’un commentaire d’un policier lors d’une rafle: “voilà une classe qui se tient sage”) clairement ironique qui s’applique à n’importe quelle époque durant laquelle gouvernement et citoyens sont confrontés. Le film est, quant à lui, très loin de l’ironie, il s’agit plutôt d’un documentaire à charge contre une certaine forme de violence lié au pouvoir.

Et c’est dans ce sens que UN PAYS QUI SE TIENT SAGE pêche un peu. Il aurait été en effet très intéressant d’avoir un double point de vue exposé tout au long du film plutôt que de rares moments où le point de vue s’inverse. D’autant que la mise en scène et le propos sont très bien étayés par des sortes de dialogues-débats entre plusieurs intervenants, moments qui auraient pu laisser la place à un “vrai” débat.

Heureusement, UN PAYS QUI SE TIENT SAGE, au-delà du portrait à charge, propose des pistes de réflexion sur des points qui doivent absolument faire débat dans notre société. Est-ce que le maintien de l’ordre engendre obligatoirement la violence? Est-ce que la violence appelle forcément la violence? La police doit-elle être liée à l’Etat ou bien être uniquement au service du peuple?

Toutes ces questions n’ont bien sûr pas forcément de réponses directes dans le documentaire mais permettent d’alimenter une réflexion sur le fait qu’hélas, la démocratie en est, pour l’instant, souvent réduite à des recettes gouvernementales. Si UN PAYS QUI SE TIENT SAGE parle évidemment des problèmes de gilets jaunes, le film a des résonances an ces temps troublés de pandémie où plus que jamais la notion de “démocrature” semble appropriée.

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls