Ultranova
Accueil Critiques Ultranova

Ultranova

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

Dimitri est tout seul. Ses parents, sa famille, tout le monde est mort... Dimitri travaille chez Sweet Home, une compagnie immobilière. Jeanne aime bien Dimitri, son voisin, mais elle n'ose pas lui dire. L'histoire d'amour peut commencer...

 

Notre critique:

Primé à juste titre au Festival International du Film de Berlin, ULTRANOVA est un film sur l’amour entre Dimitri et Cathy, tout naturel, transcendé par l’ambiance banale dans lequel baigne tout le récit.

En explorant la face cachée de ses personnages, leur vie secrète (le bas que caresse Dimitri en dit long sur ce qu’il ressent), Bouli Lanners révèle leurs pensées intimes profondément enfouies sous l’immense banalité du quotidien. Grain épais, couleurs ternes, la photographie colle remarquablement avec le propos, renforçant ainsi l’univers sans relief des protagonistes. Et c’est sur les lieux, les sons et les situations que Bouli Lanners va jouer pour insérer de petites touches de poésie, des moments magiques et incongrus dans des tranches de vie d’une banalité affligeante…

Peu à peu les personnages vont livrer au spectateur leurs secrets et le mal être de chacun percera petit à petit faisant affleurer la fragilité, la sensibilité cachée (les pleurs lors de l’exercice de conduite révèle le drame qui se joue chez le très masculin Verbrugghe). Lorsqu’un des protagonistes dit: « il est mort d’une overdose de vie de con » il sait bien que d’une certaine façon tous baignent dans cette vie-là… Et seuls Cathy et Dimitri, par cet amour simple et sans complexes, pourront peut-être sortir de là, grandis.

Côté interprétation, c’est un sans faute parfait, tous étant naturels, merveilleusement emprunts de quotidien et donnant au film le meilleur d’eux-mêmes. Que du plaisir donc…

 

Ces articles pourraient vous intéresser