The Night House - La proie d'une ombre
Accueil Critiques The Night House

The Night House

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : La proie d'une ombre

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

Suite au suicide étrange et imprévu de son mari, Beth se retrouve seule dans la maison que son mari a construite. Très éprouvée, elle ressent une présence permanente comme si quelqu'un l'observait...

 

Notre critique:

Bon nombre de films parlent de la difficulté de faire le deuil. Les traitements de cette thématique sont bien sûr très divers et variés, allant du réalisme sociale à l’adaptation de faits divers. THE NIGHT HOUSE aborde le sujet d’un point de vue fantastique plongeant Beth, la jeune femme qui a perdu son mari, dans le monde de l’ombre et des fantômes.

Beth va donc avoir des visions cauchemardesques, des hallucinations récurrentes tandis qu’elle va enquêter sur les raisons qui auraient pu pousser son mari au suicide.

C’est le 3e long métrage dirigé par David Bruckner (son 2e, THE RITUAL est visible sur Netflix) qui fait un bon travail de mise en scène le tout aidé par une photographie plutôt soignée. Il joue bien sur le hors champs, sur l’usage systématique des miroirs pour donner l’impression d’une présence.

Beth passera donc par les différentes étapes du deuil mais s’enfermera aussi peu à peu dans une recherche obsessionnelle de la vérité qui la conduira dans des vérités qu’elle n’aurait peut-être pas dû connaître. Son mental vacillera et l’entraînera dans l’irrationnel.

Certaines scènes (notamment sur la fin) rappelleront aux amateurs du genre le film THE ENTITY (L’EMPRISE) avec Barbara Hershey, et l’ensemble a ce même pouvoir de générer le malaise en jouant entre sexualité et fantastique renforçant ce sentiment au fil du récit.