Son

Son

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe : Andi Matichak, Emile Hirsch, Ivan Kavanagh, Luke David Blumm
Durée : 98’
Genre : Film d’'horreur
Date de sortie :

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Une voiture roule au milieu de la nuit et de la neige. La femme qui conduit est en chemise de nuit, pieds nus et enceinte. Quelques kilomètres après s'être arrêtée à un restauroute, elle stoppe sa voiture et accouche...

 

Notre critique:

Corbeau d’Argent au BIFFF dans la compétition internationale, SON a été inspiré au réalisateur par sa femme enceinte. Et lorsque l’on voit le résultat, on se dit rapidement que Ivan Kavanagh, tout calme et sérieux qu’il puisse paraître, est un gars qui a de sérieux troubles de l’imaginaire, tout ça pour le plus grand plaisir des fans de fantastique.

En racontant l’histoire de cette mère célibataire sortie d’une secte, Ivan Kavanagh veut montrer ce dont est capable une mère pour son enfant. Il voit en cette chair issue d’une personne un lien qui ne peut être défait et qui n’appartient qu’aux mères elles-mêmes.

C’est cette magie/malédiction qu’il incarne dans la relation entre David et Laura. Cette relation schizophrénique ou paranoïaque est développée au travers d’une vision diabolique de la relation mère/fils. Si l’illustration est plutôt saisissante, notamment grâce à l’interprétation hallucinée de Andi Matichak (Orange is the new black, HALLOWEEN), elle pêche par des moments trop insistants, trop appuyés alors que le spectateur en a déjà compris le sens, les tenants et les aboutissants.

Cependant, il faut reconnaître à Ivan Kavanagh le talent de parvenir à détourner les clichés du genre pour tenter une approche originale même si ce n’est pas parfait…

 

Ces articles pourraient vous intéresser