RIDERS OF JUSTICE
Accueil Critiques Riders of Justice

Riders of Justice

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation :

6 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Estonie. En passant devant une échoppe qui vend des vélos, un grand-père propose à sa petite fille de choisir un vélo pour sa Noël. Le marchand lui propose un beau vélo rouge. Mais elle aurait préféré un bleu. Le vendeur lui propose alors de le commander. Le choix de la jeune fille ne sera pas sans conséquence... et ce jusqu'au Danemark!

 

Notre critique:

Que celles et ceux qui ne connaissent pas Anders Thomas Jensen lèvent la main! Parfait, et bien toutes ces personnes-là peuvent directement se précipiter sur les 4 autres films que ce monsieur a réalisé depuis l’année 2000! Car tout ce qu’a réalisé ce danois est à classer dans les petits bijoux de pellicule à voir toutes affaires cessantes. Que ce soit GREEN BUTCHERS, ADAM’S APPLE ou encore MEN & CHICKEN, Anders Thomas Jensen a le talent incontestable de savoir raconter des histoires dans lesquelles les personnages, l’humour et les situations sont absolument décalées, souvent du côté noir de l’humour, le tout dans une maîtrise de la mise en scène qui entraîne le spectateur dans son délire.

Avec ce RIDERS OF JUSTICE, qui est aussi sa cinquième collaboration avec le très talentueux Mads Mikkelsen, le réalisateur danois nous sort une fable noire sur l’effet papillon se jouant du big data comme il se joue de l’absurdité de notre monde afin de nous montrer que tous les événements de notre existence et de notre petite planète sont reliés ensemble et de façon totalement infinie.

Présenté en clôture du BIFFF (le Brussels International Fantasy Film Festival), RIDERS OF JUSTICE est bien dans la lignée des films de Jensen. Comme d’habitude, les personnages ont de multiples brisures et c’est de leur complémentarité dans ses fêlures que va naître leur force commune. Et comme toujours aussi, le récit part sur un point de vue réaliste avant de se décaler peu à peu sous l’impulsion de personnages complètement obsessionnels et largement borderlines.

A partir de ce dérapage, le conte part en en vrille (très maîtrisée par Anders Thomas Jensen) pour notre plus grand plaisir jusqu’au final qui fait une ultime fois rebondir l’histoire et ramène ce récit sur les rails de la fable au happy end traditionnel, l’humour noir en plus!

Dans le casting, on a cité Mads Mikkelsen, fidèle au réalisateur danois, mais on y retrouve aussi deux autres compagnons de la première heure Nikolaj Lie Kaas (dans le rôle d’Otto, le fort en data) ou Nicolas Bro (qui joue le spécialiste de la reconnaissance faciale Emmenthaler). On se doute bien que cette connivence entre les acteurs et le réalisateur permet à ce dernier d’avoir des personnages forts dont il maîtrise parfaitement le potentiel comique.

Pas de doute, RIDERS OF JUSTICE est  à ne pas manquer dès sa sortie en salles ou en VOD…

 

Ces articles pourraient vous intéresser