Neuilly sa mère, sa mère!
Accueil Critiques Neuilly sa mère, sa mère!

Neuilly sa mère, sa mère!

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation :

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Stanislas de Chazelles, PDG de Porc Ever, est attaqué publiquement pour maltraitance animale. La famille de Chazelles, au bord de la ruine, est obligée de se réfugier à Nanterre pour échapper à la vindicte populaire...

 

Notre critique:

Bon, 10 ans après, on reprend les mêmes, on recommence, tout en tenant compte de l’évolution politique (le temps du sarkozysme est fini, Hollande est dehors). Mais pour ne pas trop faire une sorte de remake, les deux scénaristes ont proposé de retourner l’idée de NEUILLY SA MERE (qui avait été un hit en France à l’époque).

Donc plutôt que de faire venir le pauvre Samy de sa banlieue de Nanterre, c’est toute la famille de Chazelles qui quitte Neuilly pour se retrouver au sein d’un environnement qui ne convient pas du tout au fils de famille, Charles, pas encore remis de son expérience désastreuse du précédent opus.

Vous l’aurez compris, NEUILLY SA MERE, SA MERE! ne fait pas dans le détail et sert de gros fourretout politique avec une trame tournant autour d’un scandale alimentaire comme la France en a connu quelques-uns depuis plusieurs années.

L’éclectisme politique de ce deuxième opus est totalement irréprochable: la droite, le centre, le FN, la gauche, tout y passe dans une caricature parfois très effrayante. Malheureusement, la multiplication des sous-histoires et des points de vue ne rend pas l’ensemble très cohérent et les sauts incongrus entre ces histoires donnent un aspect de saynètes plus que de film à l’ensemble.

Au final, on risque plus de rire aux différents caméos d’Arnaud Montebourg, de l’avocat célèbre Dupond-Moretti ou encore de Charline Vanhoenacker qu’à l’ensemble qui reste très poussif et tiré par les cheveux.

 

Ces articles pourraient vous intéresser