Accueil Critiques Les hirondelles de Kaboul

Les hirondelles de Kaboul

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

Kaboul, un jour de marché durant le joug des Talibans. L’effervescence est à son comble. Pendant ce temps, une jeune fille joue de la musique un peu fort chez elle et Atiq, lui, garde la prison des femmes...

 

Notre critique:

C’est sous forme d’une animation réaliste que Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec ont décidé d’aborder l’adaptation du roman éponyme de Yasmina Khadra. Présenté à Cannes 2019 dans la section un Certain Regard, LES HIRONDELLES DE KABOUL traite d’un sujet difficile: l’extrémisme musulman.

Sous le règne des Talibans, Kaboul prend un visage dévasté, une zone en dehors du temps complètement dédié à être la ville d’où la religion musulmane partira à la conquête du monde.

Scénario subtile qui aborde le problème de l’extrémisme religieux par de nombreux points de vue et montre comment la vie doit continuer à s’établir sous un règne religieux dictatorial, LES HIRONDELLES DE KABOUL utilise l’animation pour permettre de faire passer plus aisément des messages difficiles. Ce désamorçage autorise clairement de montrer l’insupportable à toutes les strates de spectateurs.

Couleurs pastels, ombres et aplats sur un crayonné réaliste et des plans comme des aquarelles, le film des deux réalisatrices devraient être montré dans toutes les écoles pour éveiller les jeunes adolescents à cette monstruosité qui, hélas, peut encore frapper dans de nombreux endroits du monde.

 

Ces articles pourraient vous intéresser