Ghahreman - Un héros
Accueil Critiques Ghahreman

Ghahreman

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Un héros

Equipe : Amir Jadidi, Asghar Farhadi, Mohsen Tanabandeh, Sarina Farhadi
Durée : 127’
Genre :
Date de sortie : 22/12/2021

Cotation :

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Iran. Rahim sort de prison. Il se rend sur un chantier archéologique sur lequel travaille son beau-frère. Il a une autorisation de sortie de 2 jours...

 

Notre critique:

Un homme est mis en prison parce qu’il n’a pas été capable d’honorer une dette vis-à-vis d’un de ces débiteurs. Cette dette a été contractée par lui et son associé mais c’est lui qui en a assumé la responsabilité…

C’est sur ce point de départ qu’Asghar Farhadi, réalisateur iranien de l’Oscarisé A SEPARATION et de la coproduction franco-iranienne LE PASSÉ avec Bérénice Bejo nous propose GHAHREMAN (Un héros), un conte réaliste sur les conséquences d’être (pris pour) un héros.

Car Rahim aime secrètement une femme qui a trouvé par hasard un sac rempli de pièces d’or et qui lui propose d’utiliser ces pièces pour rembourser sa dette et ainsi se retrouver libre. Au dernier moment Rahim refusera cependant cela et décidera de retrouver la personne à qui appartient le sac. En posant cet acte somme toute honnête et digne, Rahim va attirer l’attention sur lui. Et cette attention qui, au départ, sera positif se retournera en définitive contre lui.

Bien que très ancré dans le réalisme quotidien (on suit vraiment la vie au jour le jour des familles impactées par cette histoire), GHAHREMAN (Un héros) adopte complètement la narration d’une fable en ce y compris le type de personnages que l’on retrouve dans les contes. Rahim en est un exemple flagrant, sorte de anti-héros à la fois naïf et altruiste, cherchant toujours à satisfaire son prochain et qui pour finir sera d’une certaine façon le sacrifié de sa propre histoire.

La force du film réside bien sûr principalement dans un scénario très écrit qui graduellement nous fait entrer dans l’impasse finale dans laquelle se retrouve le personnage de Rahim. Cette inéluctabilité renforce la morale de l’histoire et nous fait prendre la mesure de tout acte héroïque ou identifié comme tel.

Présenté en compétition à Cannes, GHAHREMAN (Un héros) a été largement applaudi et plébiscité par bon nombre de critiques y voyant sans aucun doute un potentiel prix dans les récompenses, voire la Palme d’Or. Il faut dire que tant au niveau scénario, qu’au niveau interprétation et au niveau mise en scène le film est une vraie réussite et impose encore un peu plus Asghar Farhadi sur la scène internationale.

[MISE A JOUR]
Le film a obtenu ex-aequo (avec COMPARTMENT Nr6) le Grand Prix.

 

Ces articles pourraient vous intéresser