Chambre 212

Christophe Honoré est un auteur intéressant. Eclectique, il sait varier les genres (drame avec MA MERE, comédie avec LES MALHEURS DE SOPHIE), mais il a aussi des préoccupations, telles que l’amour ou les affrontements dans les couples, au sein de la famille (HOMME AU BAIN, LES BIEN AIMES), qui sont souvent au centre de ses récits.

Avec CHAMBRE 212, si on est clairement dans la comédie, Christophe Honoré explore une nouvelle fois la relation amoureuse, celle d’un couple qui éclate après 20 ans de vie commune. Mais  en lieu et place de choisir le traditionnel homme infidèle et coureur, il inverse avec intelligence le procédé et brosse le portrait d’une femme coureuse qui vit sa sexualité sans tabou et sans barrières.

Pour interpréter cette femme qui se veut l’égal de l’homme dans sa sexualité, Honoré a fait confiance encore une fois à Chiara Mastroianni (elle a tourné dans 5 films d’Honoré en plus de celui-ci) qui est totalement rayonnante et parfaitement à l’aise dans son rôle de femme séductrice et volage. Le reste du casting est à la hauteur, Benjamin Biolay campant parfaitement un mari complètement dépassé, Vincent Lacoste interprétant avec beaucoup de verve le jeune Richard qui revient hanter Maria.

CHAMBRE 212 aurait pu être un film pesant, un peu lourd qui voit un couple se séparer mais grâce à une mise en scène ingénieuse -Maria dialogue avec des fantômes/apparitions/doubles dans sa chambre d’hôtel- le film prend une dimension fantastique et légère tout en traitant le sujet en profondeur.

Passé dans la section un Certain Regard à Cannes cette année, CHAMBRE 212 fait partie du haut du panier dans la filmographie d’Honoré. Avec une mise en scène inventive, un casting parfait et des dialogues cinglants et bien écrits, le film est un vrai plaisir à la vision et reste longtemps imprégner dans les mirettes.

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls