Capharnaüm
Accueil Critiques Capharnaüm

Capharnaüm

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation :

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Beyrouth. Après avoir été examiné par un médecin, un jeune enfant est menotté et emmené au tribunal. Zain a commis un crime violent et est condamné à cinq ans de prison. Il a douze ans...

 

Notre critique:

CAPHARNAUM commence sur une scène très forte par sa portée: un enfant dans un tribunal veut attaquer ses parents parce qu’ils l’ont mis au monde. De cette scène choc va découler l’entièreté du film expliquant -par l’intermédiaire de flashbacks sur le passé de Zain- comment il en arrive à cette demande.

Mais loin des films de procès, CAPHARNAUM se sert de ce point de départ pour nous faire entrer dans les errances de Zain et de Rahil, une éthiopienne qui l’héberge avec son très jeune fils Yonas. Et c’est le début de la démonstration de Nadine Labaki qui va démonter le mécanisme qui va peu à peu entraîner Zain dans une spirale infernale dans laquelle l’enfance abusée est la norme.

Labaki s’est inspirée de faits qu’elle a rencontré ou croisé lors de la préparation du film, et pour renforcer ce cinéma vérité tout en laissant la part belle à la fiction, elle a choisi des interprètes dont la vie était proche de leur personnage. Ainsi Zain Al Rafeea (Zain) est un jeune réfugié syrien tandis que l’interprète de Rahil, Yordanos Shiferaw, a aussi une histoire similaire à son personnage.

Parfois dramatiquement drôle, CAPHARNAUM cherche à tout prix l’identification du spectateur avec ses personnages, favorisant l’empathie à tous les niveaux de lecture, pour que Zain devienne le héros d’une histoire dramatique même lorsqu’il va chercher à monnayer Yonas pour survivre.

Proposé en compétition officielle à Cannes en 2018, CAPHARNAUM aura, lors de sa vision officielle, droit à une longue standing ovation proportionnelle à l’émotion qu’il a fait naître, mais ne sera couronné que par un prix du jury jugé insuffisant par de nombreux critiques. Espérons que sa carrière en salle sera longue et permettra au plus grand nombre de voir la misère qui touche encore les enfants dans de nombreux pays du globe…