bloody hell
Accueil Critiques Bloody Hell

Bloody Hell

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation :

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Helsinski en Finlande. Alia s'enfuit de sa maison poursuivit par sa famille. Arrivée devant un lac, elle se jette à l'eau pour leur échapper...

 

Notre critique:

BLOODY HELL aurait dû être au BIFFF (Brussels International Fantasy Film Festival) l’année dernière en avril 2020 mais un incident de dernière minute a empêché la projection ainsi d’ailleurs que la tenue du festival dans son ensemble… Étrange, n’est-ce pas? Mais normal lorsque l’on présente des films fantastiques…

Quoiqu’il en soit, les organisateurs ont eu la bonne idée de proposer à nouveau cette année cette coproduction Australo-US qui ne se prend pas au sérieux. Jugez en plutôt: un gars dans une banque empêche un braquage de tourner en bain de sang, tue un des braqueurs et prends 8 ans de prison principalement à cause d’un dérapage. A sa sortie, et parce que le hasard en a décidé ainsi, il part refaire sa vie en… Finlande. Mais la Finlande n’est pas le pays calme que l’on pourrait croire.

Déjanté, subtilement irrévérencieux, BLOODY HELL a beaucoup d’atouts pour plaire au plus grand nombre. Mélangeant plutôt fortement l’horreur et la comédie, le film embarque le spectateur dans un rythme effréné riche en rebondissements piochant dans les mythes des contes et des fables plus horrifiques pour nous garder dans le récit.

4e long métrage d’un réalisateur plutôt éclectique, Alister Grierson, BLOODY HELL allie une mise en scène inventive et un scénario bien huilé (la conscience du héros qui le suit tout au longe du film est une excellente trouvaille) avec des moments hilarants et d’autres particulièrement saignants qui vont indéniablement plaire aux fans de comédies d’horreurs.

On notera au casting dans le rôle titre Ben O’Toole (DETROIT, HACKSAW RIDGE) qui se cantonnait jusque là dans des seconds rôles et qui explose ici littéralement à l’écran. Son faciès, qui n’est pas sans rappeler une sorte de José Garcia au mieux de sa forme, est très mobile et ses mimiques rajoutent sans aucun doute au plaisir de la vision de ce petit bijou d’humour bien déjanté!