The Mask Of Zorro

The Mask Of Zorro

Voici donc l’argument de ce Zorro nouveau. Et, jour de fête, on n’a pas essayé de le relooker façon nineties, mais on a joué à fond la carte du classicisme.

Le résultat est plaisant et nous fait revivre les émotions ressenties il y a bien longtemps, grâce à la série produite par Disney fin des années 50 avec Guy Williams dans le rôle titre.

Il faut toutefois reconnaître que le principe d’une intrigue constituée par une succession de séquences qui pourraient sans peine être vues indépendamment les unes des autres a un côté agaçant. En conséquence, le plaisir ressenti en tant que spectateur fluctue au gré de la réussite de ces séquences plutôt que de provenir d’une cohérence d’ensemble. Une chance pour nous, Martin Campbell a la patate et domine son sujet de la tête et des épaules. Son style a la pèche et les scènes de combat à l’épée méritent nos applaudissements!

N’hésitez donc pas à aller voir ce film en couple. Au-delà de l’amusement, chacun y trouvera quoiqu’il arrive son bonheur, soit grâce au charme piquant du bel Antonio, soit grâce au minois (et de ce qu’il y a sous le minois) absolument délicieux de Catherine Zeta-Jone.

Articles associés

Micmacs à tire-larigot

Micmacs à tire-larigot

Les regrets