The Chronicles of Narnia: The Lion
Accueil Bandes Originales The Chronicles of Narnia: The Lion, The Witch and The Wardrobe

The Chronicles of Narnia: The Lion, The Witch and The Wardrobe

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Le Monde de Narnia

Equipe:
Durée : 127’
Genre:
Date de sortie: 20/12/2005

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Guerre de 40-45. Les bombardements font rage sur l'Angleterre. Madame Pevensie se voit contrainte d'envoyer ses quatre enfants, Susan, Lucy, Peter et Edmund loin de la ville dans une famille d'accueil. Arrivés à Coombee, dans la maison du Professeur Kirke, les enfants s'ennuient à mourir jusqu'au jour où ils découvrent au fond d'une splendide armoire une porte vers un autre monde: Narnia...

 

Notre critique:

Après avoir dirigé SHREK et SHREK 2, Andrew Adamson a reçu la difficile tâche de porter à l’écran l’oeuvre pour enfant de l’auteur irlandais du début du 20e siècle Clive Staples Lewis. Premier roman d’une série de sept, THE LION, THE WITCH AND THE WARDROBE, n’est pas sans rappeler le très convoité HARRY POTTER dans sa forme…

Pour un film qui décrit un univers magique, il fallait que l’ensemble le soit, magique! Alors, les décors, les personnages de synthèse et même les combats tentent de faire naître cette étincelle de magie du moindre recoin de l’écran. Et globalement, c’est assez réussi. Le monde de Narnia prend forme au fil du film, laissant d’abord l’ambiance se mettre en place et amenant sans se presser la magie aux portes du réel.

Puis le bien, le mal, la trahison, la famille, la convoitise ou même la gourmandise sont passés au crible, nous rappelant sans aucun doute les origines très religieuses de C.S. Lewis. Le parallèle entre la guerre du monde réel et celle du monde imaginaire de Narnia, qui prend plus des aspects de guerre éternelle entre hiver et printemps, est la toile de fond d’un récit jamais ennuyeux mais souvent simple et trop enfantin.

Les interprètes sont hélas tous un peu trop effacés, noyés sans aucun doute dans la pléthore d’effets et d’images de synthèse qui enlèvent un peu de l’âme du film… Tilda Swinton (ORLANDO, CONSTANTINE) campe heureusement un beau personnage méchant et glacial qui relance l’intérêt de l’histoire pour les plus âgés. Mais clairement LE MONDE DE NARNIA est destiné à un public jeune et très fleur bleue…