Stealth

par Olivier Guéret

Titre français : Furtif

Equipe:
Durée : 120’
Genre:
Date de sortie: 06/09/2005

Cotation:

2 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

 

Notre critique:

Roi de l’électro s’étant principalement illustré sur GO, DRIVEN, FAST & FURIOUS et MONSTER, BT joue les super guess star sur cette bof du film tout pourri de Rob Cohen, l’Orson Welles du film bourrin, le Stanley Kubrick du film qui sent sous les bras!
12 morceaux sur les 28 sont signées par ses petites mimines, les autres sont de Trevor Morris (compositeur de musiques additionnelles oeuvrant au sein de Media Ventures et ça se sent à plein bec!) et de Michael Dimattia assistant de Monsieur BT. Soit un plaque qui emprunte deux voies très claires. Tout d’abord, celle de l’invité de marque qui se choppe le thème principal, celui de la Thaïlande ( !! ) et le love theme…. Chez BT, toute l’electro est beaucoup plus prononcée même si sur ce coup, il y adjoint beaucoup de sirop Media Venture. L’autre voie est très clairement indentifiable comme celle du studio de Hans Zimmer et ses poteaux… Soit du synthé voulant se la jouer symphonique, avec une louche de choeurs par dessus! L’ensemble est sympa mais un peu gras et pas sophistiqué pour un sou, à l’image du film quoi! Déception!