Pirates of the Caribbean : At World's End
Accueil Bandes Originales Pirates of the Caribbean : At World’s End

Pirates of the Caribbean : At World’s End

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Pirates des Caraïbes : jusqu'au bout du monde

Equipe :
Durée : 168’
Genre :
Date de sortie : 22/05/2007

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Lord Cutler Beckett décrète l'état d'urgence dans tous les territoires des Caraïbes et en profite pour pendre à tour de bourreau toute personne convaincue d'intelligence avec les pirates.
Pendant ce temps, Elizabeth et le capitaine Barbossa se rendent à Singapour pour y rencontrer le célèbre pirate Sao Feng pour requérir son aide et sauver Jack Sparrow du "monde d'après" et combattre l'abominable Davy Jones. Mais Sao Feng ne veut retrouver Jack que pour mieux le tuer...

 

Notre critique:

"Chaque mystère, chaque destin, chaque secret vous seront révélés" annoncent les publicités à gauche et à droite. C'est sans doute pour cela qu'il faut près de 3h à ce nouvel opus pour nous livrer toute l'information nécessaire… Et 3h cela fait de nombreux moments un peu plus lents, un peu plus explicatifs, moins vivants et moins drôles.

Cela étant dit, ne boudons pas notre plaisir de retrouver toutes ces sales trognes (mais comment peuvent-ils être aussi laids!) et même de nouvelles, comme celle du chouchou de John Woo, Chow Yun Fat, et de nous embarquer dans un voyage ultime et magique qui clôt la saga du pirate le plus célèbre de l'histoire du cinéma.

Les paysages sont plus fantastiques que jamais, les situations sont souvent savoureuses et suffisamment gag que pour nous faire oublier les quelques temps morts. La magie et le non-sens (retournement du bateau) se disputent même la vedette avec l'anachronisme (Depp se met au parapente) et les références foisonnent tant visuellement que musicalement (le passage de la rencontre sur l'île au son d'une musique à la Ennio Morricone est jouissif). Les effets spéciaux sont omniprésents mais parfaitement intégrés dans un récit qui fait la part belle à l'imaginaire.

Petite cerise sur le gâteau pour tou(te)s les fans (et on les sait nombreuses!) de Johnny Depp: si il n'est pas présent au début du film pendant un long moment, vous aurez l'immense plaisir de le voir se multiplier souvent au cours du film… Ah, que ne ferait-il pas pour plaire à ces dames…