Ocean’s Thirteen

Ocean's Thirteen

Jamais deux arnaques sans une belle troisième… C’est ce que doivent se dire Steven Soderbergh et ses compères en se permettant ce troisième opus. Et quoi de plus chevaleresque qu’une arnaque pour venger un copain piégé par un truand (pur jus, bien sûr)? Rien!

Pourquoi se priver donc de nous servir un film rapide, sans faux-pas, à la mise en scène hyper-fluide et à la musique à l’avenant, dans lequel, visiblement, à l’image des bronzés de Patrice Leconte en France, les interprètes-copains se sont fait plaisir et, du coup, nous font plaisir, à nous, gentils spectateurs.

Parsemant son film d’humour (la scène de larmes sur le show d’Oprah est à mourir de rire), Soderbergh rend cet OCEAN’S 13 plus léger et donne le tempo pendant deux heures sans jamais s’essouffler. Il se paie même le luxe de se la jouer nostalgique à certains moments entre Brad Pitt et George Clooney. A noter la présence d’un petit nouveau comme méchant de service: Al Pacino qui, en Willy Bank à l’ego surdimensionné, fait merveille.

OCEAN’S 13 est donc un film pétillant comme le champagne, semant de-ci de-là dans votre tête quelques bulles qui éclateront bien vite en vous laissant un sourire au coin des lèvres…

Articles associés

Micmacs à tire-larigot

Micmacs à tire-larigot

Les regrets