Les Visiteurs 2: les Couloirs du Temps
Accueil Bandes Originales Les Visiteurs 2: les Couloirs du Temps

Les Visiteurs 2: les Couloirs du Temps

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 118’
Genre:
Date de sortie: 10/02/1998

Cotation:

/ 6

Si vous avez manqué le début:

Godefroy de Montmirail est retourné dans le passé. Mais alors qu'il pensait être rentré avec Jacquouille, il s'aperçoit que ce dernier a échangé sa place avec son petit petit fillot Jacquart. En plus de cela, Jacquouille a dérobé les bijoux du futur beau-père de Godefroy. A cause de tout ce mic-mac temporel, les couloirs du temps sont restés ouverts! Seule solution pour Godefroy: retourner dans le futur et tout remettre à sa place...

 

Notre critique:

50 millions de francs français pour le premier. 140 pour le second. Et pour quoi? On se le demande…

En effet, ce deuxième numéro des Visiteurs est un ratage complet. Non seulement le scénario est fait de bouts de ficelle repris au premier, mais en plus, la suite ininterrompue de gags (dont seuls certains méritent cette appellation) mise en scène (il faudrait plutôt dire mise à mal) par un Poiré qui confond rythme et précipitation donnera la nausée à n’importe quel spectateur normalement constitué.

Si Jean-Marie Poiré avait signé la réalisation du PERE NOEL EST UNE ORDURE ou encore de LES HOMMES PREFERENT LES GROSSES, on n’oublie très souvent que l’indigence de sa mise en scène a rendu pénible la vision de films comme OPERATION CORNED-BEEF ou LES ANGES GARDIENS.

Côté interprétation, Clavier cabotine plus que jamais déguisé en sous produit de De Funès tandis que Muriel Robin tente de jouer du Valérie Lemercier (qui s’est fâchée avec Poiré durant la pré-production) sans jamais trouver ses marques et que Marie-Anne Chazel nous refait pour la énième fois le coup de la débile moche. Seul Jean Reno tire son épingle du jeu sans en faire trop ni trop peu…

Quand Christian Clavier dit en parlant du film: « Nous ne voulions pas faire une suite commerciale », on ne peut, hélas, au vu du résultat au contenu creux, qu’en douter! Espérons seulement qu’il ne s’agira pas d’une ‘réussite’ commerciale afin que nous soient épargnées les affres d’un numéro 3 que nous laisse entrevoir une fin (très) ouverte…