Kingdom Of Heaven
Accueil Bandes Originales Kingdom Of Heaven

Kingdom Of Heaven

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 145’
Genre:
Date de sortie: 03/05/2005

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Voici 100 ans que dure la Guerre Sainte. Loin de leur pays, les chevaliers tentent de trouver dans la lointaine Jérusalem fortune et rédemption. Mais Sir Godfrey a quitté l'Orient temporairement pour retrouver son fils, un bâtard nommé Balian, qu'il n'a jamais reconnu et qu'il veut convaincre de tenter avec lui sa chance à Jérusalem... Mais Balian, forgeron de son état, refuse d'abord de suivre son père...

 

Notre critique:

Où l’on retrouve Orlando Bloom dans un rôle de preux chevalier, rôle qui risque de lui coller à la peau si il n’y prend pas garde… Où l’on retrouve Jeremy Irons que l’on n’avait plus vu depuis un moment sur nos écrans européens et qui se glisse dans la peau d’un personnage à sa mesure, fin, subtil et brute à la fois. Où l’on retrouve Liam Neeson qui passe allègrement d’un sexologue à une chevalier d’âge mûr. Et où enfin l’on retrouve le réalisateur d’ALIEN, GLADIATOR, HANNIBAL et BLADE RUNNER réunis, Ridley Scott, qui met tout son talent de metteur en scène dans ce péplum chevaleresque…

Car KINGDOM OF HEAVEN est avant tout, plutôt qu’une épopée historique, un conte chevaleresque qui trouve certaines résonances dans notre monde contemporain. Ne vit-on pas dans un monde où l’Amérique et quelques autres se sont lancés dans une croisade contre les infidèles? N’a-t-on pas, à l’instar de Balian, quelques preux chevaliers qui prônent une solution pacifique avec un message pluri-culturel et pluri-religieux pour sauver le monde d’une guerre totale et absurde?

Avec sa tension bien maintenue tout le long, KINGDOM OF HEAVEN laisse peu de temps morts au spectateur, propose des scènes de combats bien sanglantes renforcées par une imagerie et une photographie soignées et nous emmène sur des lieux plus exotiques les uns que les autres. Globalement donc, cette fresque est une réussite qui nous fait oublier le flop d’ALEXANDRE d’Oliver Stone