El Laberinto del Fauno
Accueil Bandes Originales El Laberinto del Fauno

El Laberinto del Fauno

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Le Labyrinthe de Pan

Equipe:
Durée : 112’
Genre:
Date de sortie: 21/11/2006

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Espagne 1944. La guerre est finie mais la victoire de Franco a engendré une vague de répression fasciste. Ofelia et sa mère enceinte sont en route pour rejoindre les montagnes où se trouve caserné son nouveau mari, capitaine de la garnison et beau-père de la petite fille. Le capitaine traque les rebelles au régime franquiste, cachés dans les montagnes. A côté des baraquements se dresse un étrange labyrinthe de pierre qui fascine la petite Ofelia...

 

Notre critique:

Que voilà un beau conte, un vrai, qui joue sur le féerique tout en ancrant celui-ci superbement dans le réalisme! Et quoi d'étonnant puisque c'est Guillermo del Toro qui est à la barre de ce long métrage… Il est vrai que depuis CRONOS en 1993, ce réalisateur mexicain a réussi tout ce qu'il touche. Même son MIMIC, qui était pourtant une commande hollywoodienne, avait une touche qui était loin d'être désagréable.

Avec ce EL LABERINTO DEL FAUNO, filmé après l'HELLBOY numéro 1 et avant l'HELLBOY 2 en préparation, Guillermo del Toro fait preuve une fois encore d'un talent certain. Sa mise en scène fine et sensible sied parfaitement à ce conte baignant dans une atmosphère mystérieuse, pleine de tensions sous jacentes. Il joue avec habileté sur le lieu magique que représente la forêt mais aussi sur le lieu clos du moulin au milieu de cette forêt. Son scénario reprend tous les personnages de la fable traditionnelle: le méchant beau-père, la gentille petite fille, la charmante mère malade, et joue aussi sur un côté Alice aux pays des merveilles, tout en réussissant à en détourner les clichés en inscrivant celle-ci dans un contexte politique particulier et très réaliste.

EL LABERINTO DEL FAUNO n'est pas sans rappeler un DARK CRYSTAL ou un NEVERENDING STORY, mélangeant des décors réels avec des vrais personnages (notamment un Sergi Lopez en capitaine violent et malfaisant) et des décors magiques avec des personnages rêvés (un superbe faune). Mais il parvient en plus à faire merveilleusement oublier cette coexistence et nous entraîne dans un étrange et merveilleux tourbillon qui ravira les adolescents et les plus grands…