Casino Royale

On ne change pas un compositeur qui gagne. Et force est de constater que David Arnold avait vigoureusement secoué le cocotier lors de sa reprise de la franchise James Bond! Nerveux, sérieusement bien balancés, ses scores étaient aussi imparables qu'efficaces. Et CASINO ROYALE ne déroge pas à la règle même s'il ne révolutionne plus. Et la formule Arnold de poindre le bout de son nez! Ainsi, on pourrait mélanger les scores de David et se les passer à l'aveuglette, on n'arriverait que peu ou prou à identifier le titre de l'aventure bondienne dont est issu la plage. De plus, la chanson originale de Chris Cornell n'est même pas reprise sur l'album. En résumé, les ceux et les ceusses qui ne connaissent pas les ouvrages d'Arnold version 007 peuvent y prêter l'oreille, pour les autres l'incontournable TOMORROW NEVER DIES est amplement suffisant!

Articles associés

Micmacs à tire-larigot

Micmacs à tire-larigot

Les regrets