Réalisation: Edouard Baer
Interprètes: Edouard Baer, Sabrina Ouazani, Audrey Tautou, Christophe Meynet
Scénario: Edouard Baer, Edouard Baer

Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 15/02/2017
Cotation: o

A la veille d’une première d’une pièce d’un célèbre metteur en scène japonais, Luigi, directeur du théâtre l’Etoile, est acculé plus que jamais. Le théâtre n’a plus un sou et il n’est plus capable de payer ses employés qui décident de partir en grève...

Edouard Baer ne ressemble à personne. Il est ce personnage étrange, toujours décalé qui sévit tant au cinéma (devant et derrière la caméra) qu’à la télé ou même à la radio. Son phrasé, ses envolées sont uniques, il peut agacer autant qu’il peut séduire.

Après deux longs métrages en 2000 et 2005 qui n’avaient ni eu l’engouement du public ni l’appui de la critique, il aura donc fallu une dizaine d’années pour que le réalisateur se remette en selle et nous propose OUVERT LA NUIT, une nouvelle comédie de son cru.

Commençant comme une critique sur la grandeur et la décadence d’un théâtre parisien, OUVERT LA NUIT joue sur une galerie de personnages appartenant au monde théâtral, montrant ainsi l’envers du décor. Première partie sage où Edouard Baer se la joue grandiloquent et flamboyant comme d’habitude et propose une caméra virevoltante dans ce temple de la culture qu’est le théâtre.

Vient ensuite une deuxième partie qui joue sur la quête (de l’argent et du singe) et sur un côté road movie qui va permettre à Baer de brosser cette fois-ci une autre galerie de personnages, celle d’un Paris de la nuit et du quotidien. Malheureusement, cette deuxième partie est une suite de scènes sans réel fil conducteur, un fourre-tout qui flirte avec le côté un peu fou de son réalisateur. On pourrait y voir une sorte de sous-Kusturica par moment…

Hélas, OUVERT LA NUIT ne satisfait dans aucune des parties ne bouclant aucune des histoires lancées au petit bonheur la chance. Et malgré un casting plutôt sympa et chic avec Audrey Tautou et Sabrina Ouazani ou Michel Galabru dans son dernier rôle, le film ne convainc jamais, et Edouard Baer finit par avoir des airs de clown triste au lieu de nous faire surfer sur la vague de ses envolées.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...