Réalisation: François Ozon
Interprètes: Marine Vacth, Jérémie Renier, Jacqueline Bisset, Myriam Boyer
Scénario: Joyce Carol Oates, François Ozon

Durée: 107‘
Genre: Thriller
Date de sortie: 14/06/2017
Cotation: *** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Chloé Fortin consulte sa gynécologue pour des maux de ventre. Mais celle-ci lui dit qu’au vu des analyses et des examens, l’origine des douleurs est probablement psychologique. Elle lui conseille donc de s’orienter vers un psychiatre.

Présenté à Cannes, L’AMANT DOUBLE avait déjà fait le buzz avec un poster présentant une femme et un homme nus face à face dans ce qui faisait penser à un bureau. Teasing bien orchestré, mettant en avant sexe et mystère (de la situation), on reconnaît bien là la maitrise du réalisateur François Ozon qui laisse rarement les choses au hasard.

Après son FRANTZ, entre mémoire historique et histoire d’amour impossible, Ozon nous propose donc un thriller érotique qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère de son SWIMMING POOL en 2003.

Plaçant d’emblée son récit dans l’étrange et le mystérieux en nous montrant une jeune femme qui se coupe les cheveux, s’habille de façon plutôt masculine, avant de se retrouver plus tard chez sa gynécologue pour des maux de ventre, Francois Ozon brouille les pistes et nous mène entre androgynie et féminité.

Mais Ozon ne se contente pas de simples pistes, il assure aussi la cohérence de son univers à différents niveaux. Ainsi lorsque Chloé explique lors de sa première séance sa vie au psychiatre, son monologue est emprunt de références croisées à la vie d’Isabelle, la protagoniste (interprétée aussi par Marina Vacht) qui se prostitue dans JEUNE ET JOLIE. Et il ne s’arrête pas là puisqu’il fait jouer un double rôle à Jérémy Rénier comme il le faisait faire à Romain Duris (de façon plus décalée) dans UNE NOUVELLE AMIE.

Si la richesse de l’univers d’Ozon est bien présente dans L’AMANT DOUBLE, sa maîtrise de la mise en scène du thriller -un peu comme dans son film DANS LA MAISON– est redoutable. On a à plusieurs reprises l’impression de se retrouver dans du Brian De Palma de la grande époque (le parcours dans le musée fait inévitablement penser à DRESSED TO KILL) tant la fluidité de la caméra colle à celle de la narration.

Au final, L’AMANT DOUBLE est un thriller érotique doté d’un suspens solide et d’une très bonne mise en scène même si le sujet du double est un sujet bien connu et souvent exploité au cinéma.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...