Réalisation: Seth Gordon
Interprètes: Dwayne Johnson, Zac Efron, Alexandra Daddario, Priyanka Chopra
Scénario: Michael Berk, Douglas Schwartz

Durée: 116‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 14/06/2017
Cotation: oo (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Comme chaque matin aux aurores, Mitch Buchannon prend son service en tant que chef sauveteur, juste à temps pour sauver un kite surfer en difficulté. Rien de bien étonnant car c’est le lot quotidien de Mitch, un sauveteur admiré par son équipe...

Remake de la série télévisée de la fin des années 80, série qui a porté Pamela Anderson et David Hasselhoff au rang d’icônes d’une soi-disant pop-culture, ce BAYWATCH n’aura hélas qu’un seul mérite, celui de s’oublier très vite une fois sorti de la projection.

Car, après l’honorable HORRIBLE BOSSES, le réalisateur Seth Gordon ne nous propose hélas pas grand-chose à se mettre sous la dent, si ce n’est du silicone sous toutes ses formes, de la gonflette monstrueuse (il faut voir Zac Efron dans son numéro aux barres) et du slow motion comme humour de base. Et le plus étonnant, c’est que le scénario semble avoir subi les mêmes manipulations: travaillé au silicone, gonflé à l’air et se traînant lamentablement pendant près de deux heures.

Tout cela, en plus d’un humour salace de niveau potache, rend BAYWATCH version film 2017 carrément insupportable. Même les blagues les plus simples arrivent soit avant soit après le moment idéal, les rendant complètement inopérantes.

Quant au casting, il semble que tout le monde se soit donné le mot pour surjouer (ou mal jouer tout simplement), la seule à sauver du naufrage étant Alexandra Daddario (SAN ANDREAS, BURYING THE EX) pour son sourire magnifique et pour ses yeux bleus à tomber. Ah, pour les nostalgiques: David Hasselhoff apporte son soutien gériatrique à l’entreprise, tandis que Pamela Anderson nous fait un petit caméo (silencieux) final. Que du bonheur somme toute!

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...