Réalisation: Steve McQueen
Interprètes: Chiwetel Ejiofor, Michael Kenneth Williams, Michael Fassbender, Brad Pitt
Scénario: John Ridley, Solomon Northup

Durée: 134‘
Genre: Drame
Date de sortie: 21/01/2014
Cotation: **** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

New York, 1841. Solomon Northup est un violoniste hors pair mais aussi un noir dans un monde de blancs. Deux amis lui proposent de rejoindre une troupe artistique pour une tournée de deux semaines...

En deux longs métrages (HUNGER et SHAME), le réalisateur anglais d’origine africaine, Steve McQueen, a démontré deux caractéristiques essentielles: un sens inné de la mise en scène et un éclectisme qui laisse présager qu’il nous surprendra encore beaucoup (bien qu’il semble avoir un faible pour les causes perdues).

Dans 12 YEARS A SLAVE, il use et abuse -et pour notre plus grand plaisir- de ses deux talents parmi tant d’autres pour nous plonger dans une histoire révélatrice d’une époque et d’une mentalité. Histoire édifiante si il en est -jugez plutôt: un homme libre dans un Etat US se retrouve pendant 12 ans esclave dans un autre Etat, 12 YEARS A SLAVE est adapté de la biographie de Solomon Northup, homme cultivé, réduit à l’esclavage par des hommes blancs pour qui cette pratique n’aurait jamais dû disparaître.

Même si le film s’était contenté de traiter uniquement du fait divers, il y aurait déjà beaucoup à en dire tant sur le fond que sur la forme qui confine au réalisme cru favorisant la révolte et l’empathie du spectateur face à l’ignominie. Mais Steve McQueen parvient à élever l’histoire au niveau de la démonstration, brossant les portraits de ses protagonistes avec beaucoup de soin, poussant les situations jusque dans leurs derniers retranchements.

Mais tous ces efforts ne seraient bien sûr rien sans le talent de l’acteur britannique Chiwetel Ejiofor qui, subtilement, donne à son personnage de Solomon Northup cet équilibre entre résignation et révolte, entre culture et force brute et sans la qualité d’un casting parfait jusque dans les seconds rôles (notamment celui de Brad Pitt).

Au final donc, un film à voir toutes affaires cessantes et qui ne manquera sans doute pas de décrocher quelques récompenses lors des Oscar 2014…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...